Loading

Un projet multiplateforme

do my hw

[vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text]

« Les mémoires courtes » développe son univers narratif sur plusieurs supports, explorant l’ensemble des enjeux et les liens qui les unissent. Par sa dimension personnelle et intime (le passé du propre père de l’auteure), par la résonance dans les mécanismes mémoriels et inconscient (psychogénéalogie, secrets de famille et résilience), mais aussi par les éléments historiques auxquels son parcours est lié (déportations des juifs hongrois, dictature communiste, guerre froide et espionnage, révolution de 1956…), le projet explore en lui-même de nombreux sujets et les arcs narratifs qui le composent sont complexes.  Le film, le jeu documentaire, l’installation interactive et le livre sont autant de briques  qui existent par elles-mêmes, mais forment une fois assemblées un univers narratif complexe et puissant.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/2″][vc_single_image image= »659″ border_color= »grey » img_link_large= » » img_link_target= »_self » img_size= »full » alignment= »center »][vc_column_text]

UN FILM LONG MÉTRAGE

« Szellem »

Tamás est un vieil homme qui a connu, dans sa jeunesse hongroise, l’occupation nazie, la dictature communiste, l’espionnage et la guerre froide. Réfugié en France, il a bâti toute sa vie d’homme et de père en cachant à sa famille ses secrets et en enfouissant profondément les blessures de ce passé. Ce n’est qu’après sa mort que sa fille Elisabeth découvre dans une vieille boite des indices de ce lourd héritage. Dans une enquête mêlant recherches, rêves, obsessions fantomatiques et souvenirs réels, elle déterre les secrets du passé, révélant le double visage d’un homme, et libèrant enfin les vivants de leurs fantômes.

___________________________

« Szellem » est un film d’espionnage hanté par le fantôme d’un père. Le mot Szellem en hongrois signifie « Fantôme ». C’est un thriller psychologique à travers les générations, l’histoire un lien étrange entre un père et sa fille, une enquête dans l’Europe contemporaine qui révèle les secrets de l’Europe de la guerre froide.

___________________________

Le traitement complet du scénario de ce projet de long-métrage, écrit en résidence au Groupe Ouest, ainsi que les premières pages de séquences dialoguées, sont disponibles sur demande.

Un premier court métrage autoproduit, « La lettre », a été réalisé en 2017. Il est visible sur demande sur vimeo  avec mot de passe.

Un second court-métrage, « Tamás », est en cours d’écriture. Une version en cours du scénario est disponible sur demande.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_single_image image= »664″ alignment= »center » border_color= »grey » img_link_large= » » img_link_target= »_self » img_size= »full »][vc_column_text]

UN JEU EN REALITE VIRTUELLE

« Le bureau »

« Le bureau » est un jeu documentaire en réalité virtuelle. On y incarne  une jeune femme dont le père vient de mourir, sans jamais se confier. Tout ce qui lui reste est un bureau, une petite pièce où s’entassent sur les meubles des livres, des dossiers, des journaux et des papiers.  C’est en le vidant qu’elle découvre dans une boite des vieux papiers d’identité, rédigés en hongrois, la langue natale de son père. Une même photo, plusieurs noms. Elle doit se rendre à l’évidence, son père a été, par le passé, bien plus qu’un simple pharmacien à la retraite. Mais qui était-il ? Pour remonter la piste, l’héroïne -et le joueur avec elle- n’a plus que le bureau et les documents qu’il contient : lettres, messages enregistrés, photos, télégrammes… Autant d’indices à retrouver, à associer, à assembler pour déduire la vérité : notre héroïne est en fait la fille d’un ancien espion hongrois, qui connut, sous la guerre froide, une double vie…

A travers cette expérience immersive en réalité virtuelle, le joueur découvrira les arcanes des archives, ceux qui les fabriquent, ceux qui les lisent, et leur rapport avec le réel, avec l’histoire.

Le gameplay de base est un mélange de deux classiques du genre : le point ‘n click et l’escape room. Découvrir des nouveaux objets dissimulés, mais aussi décoder des mystères, combiner des items pour en faire apparaitre des nouveaux. Mais, surtout, le jouer pourra visiter le passé. En combinant certaines preuves, le joueur ouvre des brèches dans le temps. Au fil de la partie, le bureau va évoluer. Des classeurs vont apparaître dans les rayonnages de ses bibliothèques. A travers la fenêtre, la vue va changer, nous indiquant que nous ne sommes plus à Paris, de nos jours, mais ailleurs, à une autre époque. Des photos, des lettres, des documents vont venir peupler les tiroirs. Et nous allons même, au fur et à mesure que notre enquête progresse, y croiser des fantômes ; déambulant soudain dans la pièce, ou assis en face de nous, de l’autre côté du bureau. Le grand miroir du bureau nous permettra de constater qu’en changeant d’époque, le joueur n’incarne plus le même personnage. Le joueur remonte le temps, découvre, à travers la résolution des énigmes les mystères des archives, de ceux qui les ont écrites, crées : l’agent de la police politique qui surveille, celui qui mène les interrogatoire sur un membre du réseau, le voisin qui dénonce, puis l’archiviste, l’historien, reconstituant et analysant ces archives, retraçant l’Histoire, créant une histoire. Jusqu’à ce que, au bout du jeu, le joueur atteigne son but, et rencontre celui que tous recherchent : l’homme, le père, l’espion : Tamas Rull, qui lui seul connait les clés de sa propre vie, le seul à pouvoir, par-delà la mort, la raconter, en toute vérité.

 Caractéristiques techniques : Un jeu en réalité virtuelle, conçu prioritairement pour le HTC Vive, mais idéalement compatible Oculus Rift + Touch et Gear VR. / Temps de jeu : une version courte et gratuite (15 minutes) conçue pour être intégré à l’exposition et montré en festivals, et une version longue (environ une heure trente), payante. / Visuels mélangeant prises de vue réelle et animation. / Narration très soignée, très immersive et introspective, mais également très documentée et inscrite dans une réalité historique

Le gameplay complet, écrit par Florent Maurin (The Pixel Hunt), est disponible sur demande par mail.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_empty_space height= »100px »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/2″][vc_gallery type= »flexslider_fade » interval= »3″ images= »406,307,417,308,409,309,310,408,407,312,311,313,315,306,418,316,317,305,410″ onclick= »link_image » custom_links_target= »_self » img_size= »medium »][vc_column_text]

UNE INSTALLATION INTERACTIVE

« Une histoire double »

L’exposition du projet est un double parcours. C’est le chemin d’un homme à travers l’Europe d’après guerre, tiraillée entre le pouvoir soviétique et zones d’influences alliées. C’est aussi le voyage d’une fille sur les traces de son père et de l’Histoire, à la découverte de l’homme qu’il avait été et de l’époque qu’il avait traversé. De cette recherche est née la découverte d’un passé trouble et mystérieux, entre espionnage et guerre froide, mais aussi la rencontre d’une famille, en Hongrie et en en France et les liens nouveaux à tisser. Faux-papiers originaux, rapports de la police politique communiste hongroise, carte secrète, série photographique, témoignages sonores personnels et historiques. Plongez dans une histoire intime au cœur de la guerre froide, où sont inextricablement liés secrets de famille et secrets d’état. Cette exposition présente des documents originaux exclusifs et objets de l’enquête. A travers un dispositif interactif, elle invitera les visiteurs à découvrir les questions et les enjeux personnels et historiques de cette quête, à prendre connaissance des dossiers originaux des archives de l’ancienne police secrète de Budapest par exemple, mais aussi des archives privées de la famille Rull.

Le jeu documentaire en réalité virtuelle « Le bureau » sera la pierre angulaire de cette exposition, invitant le visiteur à expérimenter une plongée dans le labyrinthe temporel des archives historiques, dans une version courte et gratuite du jeu.

Les images ci dessus sont celles de l’exposition qui s’est tenue au printemps 2015, l’Institut Culturel Hongrois de Paris, du 9 avril au 23 mai 2015, dans le cadre d’une programmation de films et conférences « Entre passage et cloisonnement : la frontière dans la guerre froide », par l’invitation de son directeur à l’époque Ablonczy Balázs.

Cette exposition a été une première confrontation au public sous cette forme, une première présentation des documents et objets originaux. Un ensemble de réactions et de témoignages ont été recueillis pour développer par la suite la scénographie de l’installation interactive et itinérante.

Nous avons organisé avec Storycode Paris lors de cet événement, leur conférence « Histoire et nouveaux médias ».

A lire ici : L’article de Hulala.org à propos de l’exposition.

 

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_gallery type= »flexslider_fade » interval= »3″ images= »744,745,746,747,748,749,750,751,752,753,754,755,756,757,758,759,760,761,762,763,764,765,766,767,768,769,770,771,772,773,774,775,776,777,778,779,781,782,783,784,780,785,786,787,788″ onclick= »link_image » custom_links_target= »_self » img_size= »medium »][vc_column_text]

UN LIVRE PHOTOGRAPHIQUE INTIMISTE

« Psychanalyse du père »

En tant que photographe, c’est accompagnée de l’image fixe que l’auteur s’est lancée dans cette quête, cette enquête entre France et Hongrie, passé et présent. Quoi de plus naturel que la photographie ait dans ce projet une place à part entière : un livre.

Au moment où les recherches ont commencé, en 2011, tout a été documenté, photographié, filmé, de façon quasi-compulsive. A ce moment là, les pistes narratives étaient celles d’un webdoc, d’un film documentaire. Aujourd’hui, ces sons et ces images sont aussi bien des archives à part entière (puisqu’elles appartiennent au passé), que des éléments de documentation pour construire le scénario du film « Tamás ».

Mais elles sont bien plus que cela. Un carnet de route, un journal intime, la preuve pour la mémoire morcelée des découvertes et des rencontres faites, des lieux visités, le révélateur des choses que même les yeux n’ont pas su voir. Accrochées aux murs de l’exposition, elles sont le fil conducteur du présent. Imbriquées aux mots dans ce livre, elles sont la part la plus personnelle du projet, un dialogue fantasmé entre un père et sa fille.

Il s’y construis le rêve d’un père qui n’aurait pas caché ses secrets, un père avec qui parler, et qui aurait, dans une parole libre et compréhensive, transmis son histoire et son passé et aurait livré ses doutes et ses peurs, mais aussi ses espoirs et son immense connaissance des enjeux géopolitiques.

Dans ce livre, il est aussi clairement question d’un règlement de compte avec les aïeux, explorant les interdits et les non-dits familiaux, transmis par-delà les générations, et le poids qu’ils font peser sur  elles. C’est finalement un outil, une brique de connaissance pour la génération suivante, afin que le poids de cet héritage historique soit une force consciente, et non plus un fardeau inconscient.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_empty_space height= »200px »][/vc_column][/vc_row]

cutomer writingnarrative essay outlineessay writing websiteswrite my essayessay writersonline essay writer
essay writing
research paper writing service
buy research papers
buy essay
buy essay online
write my essay pay for essay essay writing assignment help academic essay writer paper writer buy assignment writer essay writing paper write my assignment custom essay writer paper writing service do my assignment professional essay writer buy essay assignment editing services argumentative essay writer essay help essay writer best essay writer essay writer